Los 9 personatges de l’istòria nòstra!

Posted: 23 Març 2010 in CAMPANHA

Los Faidits ( sègle XIII) foguèron los senhors, sovent de noblesa pichona, que resistiguèron a la conquista francesa al temps de la quatrena crosada. La resisténcia foguèt organizada coma una guèrra non convencionala, combatián especialament l’installacion dels senhors franceses colonizaires.

Les Faidit (XIIIe siècle) furent les seigneurs, souvent de petite noblesse, qui résistèrent a la conquête française lors de la 4eme croisade. La résistance fut organisée comme une guerre non conventionnelle, elle combattait notamment l’installation des seigneurs français colonisateurs.

LA REVÒLTA DE TOLOSA-LA REVOLTE DE TOULOUSE

L’avesque es arribat cachant sus l’esperon,

dintra dins las carrièras amb sa benediccion :

« Vosautres de Tolosa, clama dins son sermon,

sortissètz esperar lo comte car e bon,

l’a consacrat la Glèisa e Dieu vos n’a fait don.

Plan lo devètz reçaupre e ganhar son perdon,

Tolosa jos sa garda augmentarà d’onor !

-Senhors, çò ditz l’abat de Sant Sarnin, rason

ditz monsénher l’avesque. Corrissètz al perdon

anatz dreit cap al comte reçaupre son lion,

çò que demandarà li diguatz pas de non,

ja vos farà pas tòrt la valor d’un boton. »

E, sus aquò, de pòble n’es sortit un molon,

lo qu’a pas de caval corrís sul carrairon.

Ça que la per la vila s’es levat un resson :

« Senhors, entornatz – vo’n sens trigar pauc o pro

car demanda d’ostatges lo comte traïdor ;

acampats enlà fòra sètz dins l’escanador. »

E, còp sus còp, cadun s’entorna d’escondons.

Mas mentre se conselhan, l’ànsia ven còrdolor,

las mainadas del comte pilhan cada maison,

brisan e vujan còfres escudièr e garçon

en disent a sos òstes : « Car serà lo perdon

qu’anatz conéisser l’ira de Monsénher Simon ! »

Los de Tolosa entre elis mormolon amb tristor :

« Sèm tombats al poder del marrit Faraon !… »

Per la carrièras ploran Dònas e enfanton.

Mas per tota la vila monta un crit venjador :

« Barons, prengam las armas, venguda es la sason

qu’avèm a nos defendre del fèr e del lion ;

car val mai mòrt ondrada que finir en preson »

De tota part arriban a fòrça d’esperon

cavalièrs e borgesgs e sirvent e baron

e las armas sortisson de son recaptador,

los arcs e las balèstas e tota garnison,

escuts, perpunts e cascos, espasas e trisson,

pigassas amoladas, faucilhs e pigasson ;

quand se tròban ensemble paire, filh e filhon

e Dònas e donzèlas e dròllas e dròllon,

te lèvan de barrièras, cadun en son canton,

en carrejant barricas, fustas e cabiron,

e, d’un ostal a l’autre, del teulat al peiron

s’eiriçon per la vila defensa e defensor

per contrastar la guèrra qu’arriba coma un tron.

« Montfort ! cridan d’atac Francés e Borguinhon

e los d’aici : Bèlcaire ! Tolosa ! e Avinhon ! »

Aquí ont s’encontrèron truquèron amb ardor

e s’entreferiguèron, lo còr mal e felon ;

mas lanças e espasas e astes e picon

e sagetas e pèiras e massas e trisson

e pics e barraminas e latas e cairon

de tantas parts van ploùre amb tant de malor

que ne brison los èlmes e l’escut e l’arson

e tèstas e cervèlas e pitres e morron

los braces e las cambas, chaplan ventre e ronhon;

tant es mala la guèrra, lo chaple sens perdon

que los crosats reculan e lo comte Guion,

e, quand se vei venguda la batalha a non pro,

lo comte Montfòrt crida : « Ara, fòc a brandon ! » ,

Còp sus còp s’alumèron entòrchas e brandon

del temps qu’a Sant Remesi mai a Josaiga ont son

e sui plan Sant Estève fan mòrt e chaplason.

Los franceses reculan dins la tor Mascaron,

dins lo palais del bisbe fan un recaptador,

e los nòstres combaton entre fòc e carbon

e curan de trencadas, lèvan mur parador

per contrastar la guèrra.

Per contrastar la guèrra e per los enantir

e per son dreit defendre e per los destrusir

entre’l fòc e las flambas se van entreferir !,..

Canso de la crozada

De las laissas 172-173 – L’Anonim

Adaptacion lengadocian modèrne

Leon Còrdas « Troubadours aujourd’hui »

Joan Petit (1643) foguèt un païsan que venguèt menaire de la revòlta dels Crocants, guèrra civila qu’aguèt de ressons d’en pertot en Euròpa, inspirant en particular la revòlta dels segadors en Catalonha. Revòlta contra l’imposicion tròp grèva e lo poder reial. La cançon Joan Petit es dedicacada al martir d’aqueste, que foguèt encranquat a la ròda e que los membres foguèron romputs un per un.

Joan Petit (1643) fut un paysan qui devint meneur de la révoltes des Croquants, guerre civile qui eut des retentissement partout en Europe,, inspirant notamment la révolte des segadors en Catalunya. Révolte contre l’imposition trop lourde et le pouvoir royale. La chanson Joan Petit est dédicacée au martyr de celui-ci, qui fut accroché a la roue et dont les membres furent brisés un part un.

Lo mes de junh de 1643 dintrèrem dins Vilafranca, la Vila de Roergue (. . . ) Dotze mila e mai

(…)

Per nos reconéisser entre nosautres cantàvem la cançon de sant Joan, la cançon de la libertat

D’annada en annada las talhas creissiàn (…) Ne podiàm pas mai, devalèrem totes a la Vila. L’intendent Charreton i se trobava. Nosautres lo vòliam trabar …

Causiguèrem coma capmèstres d’òmes que sabiàn parlar, d’òmes de la vila : lo cirurgian Joan Petit e l’aubergaire Guilhèm Braç qu’apelàvem Lapalha (… )

En nòstre nom, Petit e Lapalha se presentèron a l’intendant Charreton que tremolava. Li faguèron comprene que èra a la nòstre mercè. E calguèt que signés doas ordenanças : una que donava descarga de las talhas de l’annada per tot Roergue, l’autra que las tornava metre per l’avenir sus la chifra de 1618.

Puèi lo preguèron de far una declaracion coma que seriàm pas tractats ni coma rebèls, ni coma enemics del rèi. Nos retirèrem alara. D’unes pr’aquò pilhèron dins la campanha qualque ostals dels partisans…

Mas Anna, comte de Noalhas, senescal de Roergue, tornèt a Vilafranca acompanhat de qualques nòbles. Lo 16 de setembre faguèt arrestar Petit e Lapalha (… )

E nos tornèrem amassar un còp de mai, un dimenge, lo 20 de setembre. Nos portèrem sus Vilafranca mas poguèrem pas dintrar : los òmes d’armas de Noalhas gardavan las pòrtas. (. . . ) Lo 2 d’octobre, Noalhas amb sa noblesa sortiguèt de la vila per nos atacar. (… )

Aquel meteis jorn, 2 d’octobre, Petit e Lapalha foguèron condemnats coma capmèstres de sedicioses a èsser romputs vius sus l’ora. E lo jutjament sus l’ora foguèt executat sus la plaça Nòstra Dòna (… )

E puèi copèron lo cap dels dos cadavres. Expausèron lo cap de Petit sus la torre del Pont e lo de Lapalha sus la torre de Savinhac.

Joan Bodon, La Quimèra

Ronde mimée

Repic : Joan Petit que dança

Per lo rei de França

Joan Petit que dança

Per lo rei de França

Amb lo det, det, det … (2 còps)

Aital dança Joan Petit !

Amb lo braç, braç, braç …

Amblo pe, pe, pe…

Amb la camba …

Amb lo cap, cap, cap …

Amb lo ventre, ventre, ventre …

Amb lo cuol, cuol, cuol

Aital dança Joan Petit !


Maria Olímpia de Gojas (1748-1793) Autor de la Declaracion dels dreits de la femna e de la ciutadana, daissèt d’escrits nombroses al benefici dels dreits civils e politics de las femnas e de l’abolicion de l’esclavatge dels Negres. Partisana del federalisme e oposauda a la dictatura del comitat de salut public foguèt guilhotinada lo 3 de novembre de 1793.

« La femna a lo dreit de montar sus l’enart ; deu aver egalament lo de montar a la Tribuna. »

Marie Olympe de Gouge (1748-1793) Auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l’esclavage des Noirs. Partisane du fédéralisme et opposée à la dictature du comité de salut public elle fut guillotiné le 3 novembre 1793.

« La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune. »

Declaration des droits de la femme.

____________________

À décréter par l’Assemblée nationale dans ses dernières séances ou dans celle de la prochaine législature.

Préambule

Les mères, les filles, les sœurs, représentantes le la Nation, demandent d’être constituées en assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes, et ceux du pouvoir des hommes pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés, afin que les réclamation des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, des bonnes mœurs, et au bonheur de tous.
En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les Droits suivants de la Femme et de la Citoyenne.

Article premier

La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

I I

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l’Homme ; ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et surtout la résistance à l’oppression.

I I I

Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation, qui n’est que la réunion de la Femme et de l’Homme ; nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

I V

La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l’exercice des droits naturels de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.

V

Les lois de la nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles à la société; tout ce qui n’est pas défendu par ces lois, sages et divines, ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elles n’ordonnent pas.

V I

La loi doit être l’expression de la volonté générale ; toutes les Citoyennes et Citoyens doivent concourir personnellement ; ou par leurs représentant, à sa formation ; elle doit être la même pour tous ; toutes les citoyennes et les citoyens, étant égaux à ses yeux, doivent être également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités ; et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.

V I I

Nulle femme n’est exceptée ; elle est accusée, arrêtée et détenue dans les cas déterminés par la Loi. Les femmes obéissent comme les hommes à cette Loi rigoureuse.

V I I I

La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée aux femmes.

I X

Toute femme étant déclarée coupable ; toute rigueur est exercée par la Loi.

X

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même fondamentales. La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ; pourvu que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la Loi.

X I

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de la femme, puisque cette liberté assure la légitimité des pères envers les enfants. Toute citoyenne peut donc dire librement, je suis mère d’un enfant qui vous appartient, sans qu’un préjugé barbare la force à dissimuler la vérité ; sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

X I I

La garantie des droits de la femme et de la citoyenne nécessite une utilité majeure ; cette garantie doit être instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de celles à qui elle est confiée.

X I I I

Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, les contributions de la femme et de l’homme sont égales ; elle a part à toutes les corvées, à toutes les tâches pénibles ; elle doit donc avoir de même part à la distribution des places, des emplois, des charges, des dignités et de l’industrie.

X I V

Les Citoyennes et Citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes, ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique. Les Citoyennes ne peuvent y adhérer que par l’admission d’un partage égal, non seulement dans la fortune, mais encore dans l’administration publique, et de déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée de l’impôt.

X V

La masse des femmes, coalisée pour la contribution à celle des hommes, a le droit de demander compte, à tout agent public: de son administration.

X V I

Toute société, dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution; la Constitution est nulle, si la majorité des individus qui composent la Nation, n’a pas coopéré à la rédaction.

X V I I

Les propriétés sont à tous les sexes réunis ou séparés ; elle sont pour chacun un droit inviolable et sacré; nul ne peut en être privé comme vrai patrimoine de la nature, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

P o s t a m b u l e

Femme, réveille-toi; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers; reconnois tes droits. Le puissant empire de la nature n’est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l’usurpation. L’homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. O femmes! femmes, quand cesserez-vous d’être aveugles? Quels sont les avantages que vous avez recueillis dans la révolution? Un mépris plus marqué, un dédain plus signalé…que vous reste-t-il donc? la conviction des injustices de l’homme. La réclamation de votre patrimoine, fondée sur les sages décrets de la nature; qu’auriez-vous à redouter pour une si belle entreprise? Le bon mot du législateur des noces de Cana? Craignez-vous que nos Législateurs Français, correcteurs de cette morale, longtemps accrochée aux branches de la politique, mais qui n’est plus de saison, ne vous répètent: femmes, qu’y a-t-il de commun entre vous et nous? Tout, auriez-vous à répondre. S’ils s’obstinoient, dans leur faiblesse, à mettre cette inconséquence en contradiction avec leurs principes; opposez courageusement la force de la raison aux vaines prétentions de supériorité; réunissez-vous sous les étendards de la philosophie; déployez toute l’énergie de votre caractère, et vous verrez bientôt ces orgueilleux, nos serviles adorateurs rampants à vos pieds, mais fiers de partager avec vous les trésors de l’Être-Suprême. Quelles que soient les barrières que l’on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir; vous n’avez qu’à le vouloir. Passons maintenant à l’effroyable tableau de ce que vous avez été dans la société; et puisqu’il est question, en ce moment, d’une éducation nationale, voyons si nos sages législateurs penseront sainement sur l’éducation des femmes.
Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte et la dissimulation ont été leur partage. Ce que la force leur avait ravi, la ruse leur a rendu; elles ont eu recours à toutes les ressources de leurs charmes, et le plus irréprochable ne leur résistait pas. Le poison, le fer, tout leur était soumis; elles commandaient au crime comme à la vertu. Le gouvernement français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l’administration nocturne des femmes; le cabinet n’avait point de secret pour leur indiscrétion; ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat; enfin tout ce qui caractérise la sottise des hommes, profane et sacré, tout a été soumis à la cupidité et à l’ambition de ce sexe autrefois méprisable et respecté, et depuis la Révolution, respectable et méprisé.
Dans cette sorte d’antithèse, que de remarques n’ai-je point à offrir! je n’ai qu’un moment pour les faire, mais ce moment fixera l’attention de la postérité la plus reculée. Sous l’ancien régime, tout étoit vicieux, tout étoit coupable; mais ne pourrait-on pas apercevoir l’amélioration des choses dans la substance même des vices? Une femme n’avoit besoin que d’être belle ou aimable; quand elle possédoit ces deux avantages, elle voyoit cent fortunes à ses pieds. Si elle n’en profitoit pas, celle avoit un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune, qui la portoit aux mépris des richesses; alors elle n’étoit plus considérée que comme une mauvaise tête; la plus indécente se faisoit respecter avec de l’or; le commerce des femmes étoit une espèce d’industrie reçue dans la première classe, qui, désormais, n’aura plus de crédit. S’il en avoit encore, la Révolution serait perdue, et sous de nouveaux rapports, nous serions toujours corrompus; cependant la raison peut-elle se dissimuler que tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l’homme achette, comme l’esclave sur les côtes d’Afrique. La différence est grande; on le sait. L’esclave commande au maître; mais si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l’esclave a perdu tous ses charmes, que devient cette infortunée? Le jouet du mépris; les portes même de la bienfaisance lui sont fermées; elle est pauvre et vieille, dit-on; pourquoi n’a-t-elle pas su faire fortune? D’autres exemples encore plus touchans s’offrent à la raison. Une jeune personne sans expérience, séduite par un homme qu’elle aime, abondonnera ses parens pour le suivre; l’ingrat la laissera après quelques années, et plus elle aura vieilli avec lui, plus son inconstance sera inhumaine; si elle a des enfans, il l’abandonnera de même. S’il est riche, il se croira dispensé de partager sa fortune avec ses nobles victimes. Si quelqu’engagement le lie à ses devoirs, il en violera la puissance en espérant tout des lois. S’il est marié, tout autre engagement perd ses droits. Quelles lois reste-t-il donc à faire pour extirper le vice jusque dans la racine? Celle du partage des fortunes entre les hommes et les femmes, et de l’administration publique. On conçoit aisément que celle qui est née d’une famille riche, gagne beaucoup avec l’égalité des partages. Mais celle qui est née d’une famille pauvre, avec du mérite et des vertus; quel est son lot? La pauvreté et l’opprobre. Si elle n’excelle pas précisément en musique ou en peinture, elle ne peut être admise à aucune fonction publique, quand elle en aurait toute la capacité. Je ne veux donner qu’un aperçu des choses, je les approfondirai dans la nouvelle édition de tous mes ouvrages politiques que je me propose de donner au public dans quelques jours, avec des notes.
Je reprends mon texte quant aux mœurs. Le mariage est le tombeau de la confiance et de l’amour. La femme mariée peut impunément donner des bâtards à son mari, et la fortune qui ne leur appartient pas. Celle qui ne l’est pas, n’a qu’un foible droit: les lois anciennes et inhumaines lui refusoient ce droit sur le nom et sur le bien de leur père, pour ses enfans, et l’on n’a pas fait de nouvelles lois sur cette matière. Si tenter de donner à mon sexe une consistance honorable et juste, est considéré dans ce moment comme un paradoxe de ma part, et comme tenter l’impossible, je laisse aux hommes à venir; la glorie de traiter cette matière; mais, en attendant, on peut la préparer par léducation nationale, par la restauration des mœurs et par les coventions conjugales.

Olympe de Gouges

1748 – 1793

Victor Gelu (1806-1885) es un autor de lenga occitana, poèta del pòble Marselhés, èra republican e fervent defensor de la sociala. Sa cançon « lo gran tranblamen » foguèt cantada pels comunards marselhés al moment de la represa de la prefectura de Marselha per las tropas Versalhesas.

Victor Gélu (1806-1885) est un auteur en langue occitane, poète du peuple Marseillais, il est républicain et fervant défenseur de la sociale. Sa chanson « lo gran tranblamen » fut chantée par les communards marseillais lors de la reprise de la prefecture de marseille par les troupe Versaillaise.

Vui, cadun parlo politico :
M’en meli pas, l’entendi ren ;
Mai s’en fasen la rèpeplico
Lou paouré avié toujou d’argen ;
S’en pas triman
Avié tout l’an :
Bouen lié, bouen vin, bouen frico, bouen pan blan,
Leou, leou, dirieou :
Vengué un fusieou !
Espooutissen leis rei, marrias dé dieou !
É qué la repeblico duré ;
Sieou lou proumié de seis rouffian !
Qu’es pas fenian, qu’es pas grouman,
Qu’un tron dé dieou lou curé !

Aujourd’hui chacun parle politique : – Je ne m’en mêle point, je n’y entends rien ; – Mais si, en faisant la république, – Le pauvre avait toujours de l’argent ! – Si, en ne pas trimant, – Il avait tout l’an – Bon lit, bon vin, bon fricot, bon pain blanc ! – Vite, vite, je dirais : – Vienne un fusil ! – Écrasons les rois, truand de Dieu ! – Et que le république dure : – Je suis le premier de ses rufiens !… – Qui n’est pas fainéant, qui n’est pas gourmand, – Qu’un tonnerre de Dieu le creuse ! – (Traduction de V.Gelu. Ici comme dans les autres traduction, Gelu se heurte à la quasi impossibilité de rendre la force et le naturel du texte original)

LAS DOMAISÈLAS: Pendent la Restauracion e la Monarquia de julhet (viva de 1829 a 1832). l’Estat impausèt una reglementacion novèla del Còdi forestièr, qu’interdisiá tota espleitacion liura de las riquesas dels bòsques, sabent qu’abans qu’aquelas ressorças èran comunalizadas. La responsa del pòble foguèt radicala e prenguèt la forma d’una guerrilla, la Guèrra de las Domaisèlas perqué desguisats en femnas. Los païsans rebèls atacavan las fòrças governamentalas que volián impausar lo respècte de las leis e de l’Estat. S’arrestèt completament en 1872. Lo poder foguèt menat d’instaurar mesuras d’amnistia e assopliguèt las leis d’aquela administracion forestièra.

« Tocats dins los seus interèsses mai vitals, los montanhòls d’Arièja avián provat alara sa capacitat de defendre dreits d’usatges immemorials. »

LES DEMOISELLES: Pendant la Restauration (1815-1848) l’état passe le Code forestier, qui interdit toute exploitation libre des richesses de la fôret. Sachant qu’avant ces ressources étaient communalisées. La réponse du peuple est radicale et prend la forme d’une guerilla, La Guerre des Demoiselles (car déguisé en femme). Les paysans rebelles attaquent les forces gouvernementales voulant faire imposer le respect des lois et de l’état.

« Touchés dans leurs intérêts les plus vitaux, les montagnards ariégeois avaient alors prouvés leur capacité à défendre des droits d’usages immémoriaux« 

Marcelin Albèrt (1851-1921) Menaira de la revòlta vinhairona en Lengadòc, èra escaissat « lo cigal » (sinonim d’ideós) o lo « redemptor » o » l’apòstol. » A la debuta de la revòlta arengava las gents dempuèi una platana. Foguèt enganat per Clémenceau e las campissadas del poder. Moriguèt dins la misèria e l’oblit.

Marcelin Albert (1851-1921) Meneur de la révolte vigneronne en Languedoc, il était surnommé « lou cigal », « le redempteur ». Au début de la révolte  il arrangait les foule depuis un platane. Il fut trompé par Clémenceau et les frasques du pouvoirs. Il meurt dans la misère et l’oubli.

Ernèst Ferrolh (1853-1921) Cònsol de Narbona joguèt un plan grand ròtle dins la revòlta dels vinhairons en 1907. Socialista de tendéncia libertària, atèu, occitanista convencut sòci del felibritge, èra mètge de profession, le pòble l’apelava « le mètge des paures »

Ernest ferroul (1853-1921) Maire de narbonne il joua un très grand rôle dans la révolte des vignerons en 1907. Socialiste, athée, occitaniste convaincu, membre du felibre rouge il étaient docteur de profession, le peuple l’appelait « le docteur des pauvres »

Jòrdi Guingoin (1913-2005) Resistent antifascista et comunista, cap del Maquís del Lemosin, apelat lo prefècte del Maquís. Per el la guèrra se deviá acabar per la revolucion sociala.Foguèt rebalat dins la fanga après la guèrra pel partit comunista e per la dreita extrèma, mai l’ensagèron d’assassinar.

« Que los Lemosins, los Occitans, refusen lo miralh deformant que lor ofrisson, retròben lor patrimòni istoric! » (Discors del Vijan del 22 d’agost de 1982)

George Guingoin (1913-2005) Résistant antifasciste et communiste, chef du Maquis du Limousin, appelé le préfet du Maquis. Pour lui la guerre devait se finir par la révolution sociale.Il fut après la guerre trainait dans la boue par le parti communiste et par l’extrême droite, on tenta de l’assassiner.

« Que les Limousins, les Occitans, refusant le miroir déformant qu’on leur offre, retrouvent leur patrimoine historique! » (Discours du Vigen du 22 août 1982)

Robèrt Lafont (1923-2009) es un lingüista, istorian de la literatura occitana, poèta, autor de novèlas, e dramaturg occitan. Escriguèt nombroses ensages politics. Es en particular un dels teoricians del Colonialisme Interior. Fondèt « lo Comitat Occitan d’Estudis e d’Accion ». Participèt a la luta del Larzac e a Volèm Viure Al Païs (una formacion politica occitana revolucionària). Es un dels pensaires central del novelum occitan de las annadas 70.

Robert lafont (1923-2009) est un linguiste, historien de la littérature occitane, poète, auteur de nouvelles, et dramaturge occitan. Il écrit de nombreux essais politiques. Il est notamment un des théoriciens du Colonialisme Intérieur. Il fonde « le comité occitan d’étude et d’action ». Il participe à la lutte du Larzac et a Volem Viure Al Pais (une des premier formations politiques occitanes révolutionnaire). Il est un des penseurs central du renouveau occitan des années 70.

Messieurs de France,

Du placard où me confinent l’âge, la santé, un demi-exil biographique et la nécessaire réserve de qui a trop fait pour qu’on admette qu’il fasse encore, souffrez donc que je pousse contre vous la charge droite que je méditais depuis toujours. J’aurai vécu le pied à l’étrier en tirant sur les rênes.

Dans le temps, c’était il y a cinquante ou trente ans, j’en usais avec vous de politesses à la française. On pouvait alors éveiller quelque écho dans la capitale qui vous résume, même si l’on mettait en cause vos injustices historiques et votre orgueil de porphyre. On pouvait avoir l’espérance, à condition de prendre votre langue et de concourir à sa défense, d’en arriver bientôt, changement politique aidant, au moment où quelque place serait faite dans la République aux intérêts régionaux et aux idiomes des provinces, pour lesquels je me battais. Si l’on faisait des propositions en ce sens, Paris en redemandait, sinon pour les appliquer, du moins pour les éditer. Il était donc de bonne et courtoise guerre de saluer comme à Fontenoy, tout en ferraillant.

Les temps sont changés. Nous sommes longtemps après l’explosion des urnes à gauche qui devait nous ouvrir toutes grandes les routes d’un avenir réconcilié. Elle n’a été qu’un pet étranglé et nous a laissés dans nos sabots, Basques, Bretons, Catalans et Occitans, cocus et morvandiaux comme devant. Votre destin aussi s’est étouffé. De grande puissance rajeunie d’atome, vous êtes tombés au rang des puissances secon­daires et vieillies qui ont égaré leurs sous dans la cagnotte de l’Europe et se débattent, impuissantes, dans les filets de la globalisation. Mais, de cela, vous semblez ne pas vous aper­cevoir. Votre morgue n’a pas perdu de sa hauteur, votre cen­tralisation s’est bien peu délacée, et Paris, devenu province, s’imagine avoir toujours assez bon bec pour le clouer aux autres. J’aimerais vous le clouer aussi. Si je suis grossier, je ne vous demande pas de m’excuser. Il y a si longtemps que je me retiens de l’être ! Mais je ne le suis que sur fond de vérité.

Et vous autres, le peuple, la plèbe, les sujets, les citoyens, les gouvernés et possédés, le pays réel et profond, la France du bas ? Les cons, comme vous appelait Daladier, retour de Munich ? De Gaulle, qui avait le vocabulaire bucolique, préférait dire les veaux. On vous a eus, et bien eus ! Jusqu’à la moelle, jusqu’à l’intimité de la conscience, sauf rébellions. Mais les rébellions, ça s’écrase. Les consciences, ça se pétrit. Vous devriez pourtant savoir, par expérience, qu’il y a dans l’histoire de France, comme en d’autres, une double règle du pouvoir: on n’y parvient que par des voies torses, on ne l’exerce qu’avec impunité et immoralité. Vos quatre-vingts dernières années, que je me trouve avoir vécues avec vous, me le prouvent à suffisance, à réplétion. J’y reviendrai.

Frères Occitans,

Excusez-moi d’employer ces mots qui vous mettent dans une famille dont je ne suis pas sûr que vous vouliez être. Occitans, qu’es aquò ? Frères ? La seule mère dont nous ayons tété le lait ensemble, allons voyons ! c’est la France.

Mais je ne sais trop comment dire pour vous saisir au collet de cette personne où je vous reconnais. Méridionaux ? Ça ne signifie rien: nous sommes dans l’entre-deux d’Europe. Ou ça veut trop dire: on est du Midi quand il y a un Nord qui vous commande et commence par vous nommer. Auvergnats, Gascons, Languedociens, Limousins, Provençaux ? C’est plus vrai: ça mord dans la carte et ça se nourrit d’histoire. Mais ça sent le folklore et l’Ancien Régime. Soyons-en d’accord comme sur une irisation héritée de l’être, sans plus.

J’aime bien l’histoire de ce surnom dont je fais votre nom: Occitans. Les conquérants ont parfois de ces trouvailles ! Quand les Français eurent soumis le moyeu des terres de langue d’oc, ils cherchèrent une étiquette à mettre sur ce peuple nouvellement sous leur couronne: « Sire, ils ne parlent pas comme homme de France. – Alors, puisque nous reven­diquons les Aquitans, qui parlent comme eux, appelons-les Oc-citans ». C’était sous Philippe le Bel, dont les armes étaient lourdes, mais il ne s’en servait pas contre la parole des gens.

Permettez! J’en use comme les rois de France. À l’envers de l’histoire de France, parce que naturellement, ce nom, vous ne l’avez porté qu’un temps, et jamais complètement. Même Mistral ne l’employait qu’avec des réserves. Aujourd’hui, pour l’État civique et incivil, oserais-je dire, vous n’êtes que Français. On vous a volé, avec un nom, l’être-vous. Restituons-le. Ça commence à devenir facile et général. La mode a pris.

Et acceptez la fraternité de destin. Quoi que vous en pensiez de nos jours, vous êtes des anciens annexés, par les armes si vous êtes Auvergnats, Languedociens, Gascons, par abus juridique si vous êtes Provençaux, par un plébiscite tra­fiqué si vous êtes Niçois. À des dates diverses coulés dans un moule de force, que vous avez en vain essayé d’élargir contre la poigne de fer de Richelieu. Libérés en espoir par une révo­lution oecuménique qui vous a envoyés mourir pour défendre ou repousser des frontières que les rois avaient tracées, puis lancés à la conquête sanglante de l’Europe sous un patriote corse qui avait bien mal tourné, déversés dans la tuerie patriotique amébée de 1914-1918. Vous n’avez vécu dans la tiède paix contemporaine, sous la guerre froide, qu’après l’im­mense malheur collectif de 1940-1944, et l’arme atomique au pied, pas le vôtre, celui de l’éternelle et abusive patrie.

Si nous parlions territoire, vous auriez à contempler, béats, une carte où les chemins royaux, les chemins de fer, les lignes aériennes, les administrations de l’État ont la forme d’une pieuvre dont la tête est à Paris. Vous auriez à réfléchir à la façon dont, pour guérir, disait-on dans les années cinquante et soixante du siècle dernier, l’excessive concentration, on vous a aménagés et déménagés. Et vous vous trouveriez

réservoir d’air pur, de mer et de soleil, patinés de personnel­cadres importé, pour l’exutoire de la moitié puissante et sep­tentrionale de notre chère Nation biface et monocentrique. Et pressurés de votre langue historique, comme un citron l’est de son jus, par l’école et les administrations. Convertis à la religion d’État qui vous a fait trouver cela naturel autant qu’obligatoire. Faites la somme, linguistique, culturelle, mili­taire, économique de cette mise des hommes à la disposition de l’Idée, vous aurez le Midi, les treize millions de couillons de cette France qui n’a pas manqué de les tenir pour tels, en savoureuses gasconnades et galéjades.

Certains ont essayé de se sortir du carcan et du piège. ‘ D’eux, de vous, occitanistes, j’ai été et suis encore. Mais je le répète, deux fois ça a raté. Et je ne peux manquer de dire que, dans cette défaite, vous avez votre part de sottise. Sans doute vais-je encore conter les deux farces enchaînées du Félibrige et de l’occitanisme, où le metteur en scène parisien trouve des acteurs du crû doués jusqu’à renchérir sur leur rôle. Ce qui explique que la conviction, deux fois dans notre cas, ait pu entraîner l’insuccès.

Oui, je sais, je suis vieux. Je devrais me taire. Je suis à la retraite de mes fonctions sociales et militantes. Dans le pla­card. Si je me livre à ce genre de critique dont vous avez ici la primeur, je joue un bien ennuyeux personnage: celui que l’âge a suri plus que mûri. Ne vais-je pas raconter ma vie et mes déceptions ? Je vais me rendre insupportable.

Tant pis ! Si vous entendez grincer le placard, ce n’est pas forcément un insecte qui taraude ou le bois qui travaille. Ça peut être une fente de conscience qui se fait jour pour vous avertir. Et faute d’ouvrir à deux battants, ce que ne permet guère l’édition parallèle et libre qui autorise le ton que je prends, il peut arriver que la conscience entrebâille. Et par la faille, je vous écris de votre, de notre histoire.

Robert Lafont A ces cons de Français et ces couillons d’occitans



Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s